discours du 11 novembre 2019

Lundi 11 novembre 2019

Cérémonie de commémoration de l’Armistice de la Grande Guerre

 

Discours de Jean-Martin GUISIANO, Maire de Méounes-les-Montrieux

 

« Mesdames et Messieurs représentant les autorités civiles, militaires et religieuses, chers collègues, et vous, amis Méounaises et Méounais.

Je vous remercie personnellement et au nom de notre Conseil Municipal pour votre  présence (malgré la pluie et le froid).

Je remercie les enfants et leurs maîtres pour leur chant qui marque ces moments du souvenir du symbole de l’innocence et de l’espoir.

Je remercie le Conseil Municipal des jeunes, l’ensemble vocal, les personnels de la Commune, qui permettent par leur soutien et leur aide, le bon déroulement de la cérémonie de ce jour.

Je me dois d’éviter des mots inutiles pour ne pas alourdir cette cérémonie et abuser de votre temps.

Je veux que nous profitions de ce moment, dans le respect du souvenir mais avec le plaisir d’être ensemble.

Le plaisir d’être ensemble c’est de pouvoir souder notre communauté dans le souvenir de notre histoire, de nos peines, de nos joies, soit le souvenir de l’Armistice du 11 Novembre 1918.

Comment pourrait-on oublier ce Drame absolu pour notre Patrie, ces 1.300.000 soldats tués, ces 4.200.000 soldats blessés, ces 300.000 civils tués.

Des soldats, mais surtout des fils, des pères, des maris, des hommes et des femmes, … des familles décimées, des entreprises ruinées, un pays détruit et désorganisé, des sentiments de peur, de haine, d’injustice et de révolte.

Comment oublier la souffrance de nos morts, et de leur famille, dont les noms sont gravés sur notre Monument aux morts et seront appelés solennellement par la suite dans le déroulement de la cérémonie.

Tous ont donné leur vie pour préserver notre Liberté, notre Patrie, notre village.

Pour nous permettre de vivre, ils sont morts.

Ils méritent bien quelques minutes d’hommage et de recueillement, notre mémoire et notre respect.

Le 11 Novembre 1918, c’est la Paix, la Joie.

C’est l’espoir d’un monde nouveau, sans guerre, dans lequel les hommes et les femmes dans la Paix pourront vivre de leur travail dans la dignité et la chaleur de leur foyer.

L’utopie n’a pas résisté à la violence, aux inégalités, aux jalousies, aux intérêts financiers, à la folie des dirigeants, aux visions dogmatiques et hégémoniques, aux luttes politiques, aux communautarismes et intégrismes.

La guerre de 39-45 et ses millions de morts, les déchirements des peuples, les civils mutilés et tués, sont là pour nous rappeler que nos espoirs nés dans l’Armistice du 11 novembre 1918 sont fragiles.

Les guerres qui continuent, les luttes, les intégrismes criminels, les morts de nos gendarmes, de nos policiers, de nos soldats en opérations extérieures mais pour la France, nous rappellent l’équilibre fragile de nos sociétés et de notre monde.

L’espoir est dans nos cœurs et nos esprits, il n’est donc pas inaccessible si nous en avons la volonté,

Le combat contre les inégalités, les jalousies, les haines, les violences, les intégrismes, les incivilités, doit être quotidien.

J’ai la conviction que tous ensembles unis dans notre Village nous pouvons, avec humilité et raison, y contribuer.

Nous manifestons notre force par votre présence ce jour et notre joie d’être ensemble en partageant le pot de l’amitié dans notre salle du Conseil Municipal où je suis très heureux de vous accueillir après la fin de cette cérémonie. 

Gloire et honneurs à nos morts!

Vive la France!

Vive Méounes 

 

Jean-Martin GUISIANO,

Maire de Méounes-les-Montrieux