La chartreuse de Montrieux

La chartreuse de MONTRIEUX  LE  JEUNE située à proximité de la route de SIGNES (D 202) avec un parking gratuit en bas, point de départ pour les  excursions dont les Aiguilles de Valbelle (altitude 630m, curiosité géologique) et la Chapelle Sainte Roseline où vivent encore quelques moines chartreux.

Vente de miel de Méounes sur place.

PARTIE HISTORIQUE DE LA CHARTREUSE DE MONTRIEUX :

  Vers le onzième siècle, Maître BRUNO, (écolâtre) se décida à un essai de vie solitaire. L'ordre cartusien était né. En l'espace de cinquante ans, neuf ermitages furent crées et parmi eux MONTRIEUX qui est la huitième maison de l'ordre et la quatrième en ancienneté. C'est en 1117 que Raymond 1er, évêque de Marseille, installa les cinq premiers ermites dans les bâtiments désertés par les Cassianites. Des bâtiments sont construits au bord du Gapeau, dans un quartier  à quelques kilomètres du village nommé MONTRIEUX (qui veux dire montagne des ruisseaux). Les moines désignèrent l'endroit sous le vocable de MONTRIEUX LE VIEUX mais cette partie très encaissée et très froide les poussent à 1500 mètres de là, en 1170, sur un plateau mieux exposé et plus élevé pour y construire à MONTRIEUX LE JEUNE. A cette époque, il y avait donc deux maisons en bas : la ferme, le moulin, la tannerie, etc....occupés par les frères convers . Mais au début du quatorzième siècle elles furent abandonnées. Aujourd'hui ces ruines sont classées.

LA VIE PAS FACILE A LA CHARTREUSE :

  Les moines ayant adopté un mode de vie contemplative et érémitique, vivent chacun dans un petit oratoire. Ils consacrent leur temps aux offices, messes et vêpres, partagés entre le silence, la méditation, la lecture spirituelle, l'étude, un peu de travail manuel. Le jeûne commence en septembre et finit à Pâques. Ces moines ne mangent qu'un seul repas par jour et pas de viande. Leur costume est une robe blanche surmontée de la cuculle (une espèce de scapulaire descendant jusqu'aux genoux). La cellule du chartreux est très exigue. Chaque cellule consiste en un pavillon à étage entouré d’un jardinet, où le Moine peut travailler. Le rez de chaussée de la Cellule sert d’atelier, l’étage, divisé en deux pièces offre un « Ave Maria » (ainsi  nommée la première pièce, ornée d’une statue de la Vierge, devant laquelle le Moine s’agenouille  et un «cubiculum» ou chambre : c’est ici que le Chartreux fait oraison, récite une grande partie de l’Office, prend ses repas, étudie … et dort.
 Le Monastère a une relative indépendance vis-à-vis du monde extérieur. Les Frères exécutent les tâches dans des ateliers équipés de façon tout à fait moderne : forge, maçonnerie, menuiserie, électricité, pour le quotidien : cuisine, buanderie, couture, boulangerie...ou encore, dans le secteur agricole : potager, vigne, verger. Dans une existence aussi remplie, il est aménagé des temps de détente.  Chaque jour comporte quelques moments libres. Le Dimanche, les Pères se réunissent en récréation au début de l’après-midi. Le lundi après-midi, ils sortent pour une longue promenade qui les conduit vers la forêt et les collines voisines.