pour voir tout: clic 'Manifestations'

Montrieux-le-Vieux, neuf siècles d’histoire

Les origines de la Chartreuse de Montrieux

La Provence et Méounes ne sont pas restées à l’écart de la grande ferveur qui a suivi l’An Mille et qui s’est traduite par la construction de nombreuses églises. C’est ainsi qu’au XIème siècle, des moines bénédictins de Marseille qui avaient reçu en donation des terres à Montrieux (le mont des ruisseaux), au confluent du Gapeau et du Rieu-Fré, édifièrent une chapelle ainsi qu’un monastère. La route de la vallée du Gapeau était très passante et les moines offraient aux voyageurs quelques secours matériels ainsi que les grâces de leurs prières.

En 1117, Raymond 1er, évêque de Marseille, installa les chartreux à Montrieux. L’ordre des chartreux qui a été créé quelques années plus tôt, en 1084 à la Grande Chartreuse par Dom Bruno et ses compagnons, a toujours bénéficié d’un grand prestige moral. C’est l’ordre le plus austère qui soit, imposant le silence et l’isolement. Les moines ne peuvent recevoir la visite de leur famille que deux jours par an. Le jeûne qui consiste à ne prendre qu’un seul repas par jour, commence en septembre et s’achève à Pâques.

Les moines qui vivent seuls dans leurs cellules, ont une vie contemplative. Ils se consacrent à la méditation et la lecture spirituelle, leur vie est étroitement rythmée par les offices, les prières quotidiennes. Les moines se retrouvent lors des messes et repas mais doivent alors conserver le silence.

A Montrieux comme ailleurs, les chartreux vont agir avec méthode et en deux temps. Le site d’origine sera la maison basse, Montrieux-le-Vieux, qui comprend une chapelle et un monastère ainsi qu’une ferme, un moulin, une tannerie. La maison basse qui est en lien avec l’extérieur, assure le fonctionnement économique de la chartreuse et abrite les frères convers qui sont des laïcs qui ont pour tâche de subvenir aux besoins matériels du monastère.

La maison haute sera habitée par les moines qui ont besoin de silence pour se livrer à la contemplation. Ils souhaitent s’isoler du monde, s’entourer d’un « désert ». Cette recherche du désert est un souci permanent des chartreux puisque c’est la condition de leur vie contemplative. La maison basse est en quelque sorte la porte du désert.

Grâce aux nombreuses donations et legs dont ils vont bénéficier, les chartreux vont disposer d’un vaste territoire allant de Signes à Gavaudan, ce qui va permettre aux moines, de construire en 1170 la maison haute, Montrieux-le-Jeune, située près de 2 kilomètres plus loin à l’intérieur, bien à l’écart des routes et habitations.

En 1348, tous les moines furent emportés par la peste noire à l’exception de Dom Gérard, le frère du poète Pétrarque. A l’époque encore, Montrieux-le-Vieux servit comme hôpital avant d’être définitivement abandonné et de tomber dans l’oubli.

Montrieux-le-Vieux de nos jours

Après la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905, le chanoine de Fréjus vendit la propriété de Montrieux-le-Vieux à une dame de Toulon qui avait une personnalité affirmée et qui en fit un restaurant, les bâtiments historiques restant à usage de ferme ou d’étable.

En 1948, une association sociale marseillaise du bâtiment s’en servit comme centre de colonies de vacances, puis Georges Pibarot, traiteur à Toulon, reprit le domaine en 1990 pour faire des mariages jusqu’en 2003. Cette activité a été reprise en 2013.    

L’inauguration de la chapelle de Montrieux-le-Vieux le 9 mai 2015

Le samedi 9 mai 2015, il sera procédé à l’inauguration de la chapelle de Montrieux-le-Vieux en  présence de personnalités de la région.

Cette chapelle qui a fait l’objet de longs travaux de restauration sous le contrôle du Conservateur du patrimoine, a un intérêt  historique puisque, nous l’avons vu, elle a marqué la fondation de la chartreuse de Montrieux. 

C’est pour le rappeler que sera donné un spectacle dans lequel des comédiens et musiciens accompagnés de la chorale de Méounes s’efforceront de faire revivre les voix romanes et l’épopée des Chartreux.

La visite commencera à 17 h par un concert de la chorale.

Nous espérons que les Méounais seront nombreux à vouloir revisiter ainsi une histoire qui est la leur.